Centre d’elevage passion-perroquet

Suzy Liebaert-Guasch
Eleveur capacitaire

Tout d’abord, il convient de préciser que mon élevage est un petit élevage familial.
Chaque nouvelle naissance est  reconnue et acceptée comme perroquet unique.
La priorité, c’est le bien-être de l’oisillon pour qu’il devienne un perroquet adulte, bien dans ses
plumes et bien dans sa tête.
Sur demande, je peux élever un oiseau à la main, quand sa destinée est de devenir un Perroquet
de Compagnie.

 

C’est avec Craquotte, mon premier perroquet, que j’ai découvert , il y a près de 20 ans déjà le monde des perroquets. J’ai adopté Craquotte, une femelle Gris du Gabon, qui avait été abandonnée suite au décès de sa propriétaire.

Craquotte était probablement âgée d’une cinquantaine d’années. Revenue d’Afrique avec sa famille adoptive, elle y avait vécu des jours heureux. Suite au décès de sa propriétaire, unze très vieille dame,  Craquotte fut abandonnée, dans une oisellerie.

Suite à cette première adoption, j’ai commencé à avoir d’autres perroquets… des Gris, des Bleu et Jaune, des rouge et vert, des noirs, des blancs.

Je me suis laissée envahir par la passion de l’élevage : j’ai acquis des couples, j’en ai formé d’autres, et il y a eu des amours, des nids, des œufs, des couvées, et donc…des petits.
Toujours, lorsque c’est possible, je choisis de  laisser les couples de perroquets faire leur travail de parents, c’est-à-dire de couver et d’élever leurs petits. Hélas,  ce n’est pas toujours possible : tous les éleveurs pourront le confirmer.

Il arrive , pour des raisons difficiles à comprendre, que certains couples ne couvent pas, ou cassent leurs œufs, ne nourrissent pas leurs petits, et parfois même les tuent à la naissance. La responsabilité de l’éleveur, donc la mienne, est de permettre à l’oisillon de naître, de se développer, et de grandir en bonne santé : Je ne m’accorde pas le droit de laisser mourir un oisillon, sous prétexte qu’il ne soitpas « convenable » d’élever à la main un jeune perroquet.

Vivre avec des perroquets est, pour moi, une passion, mais c’est un travail parfois délicat, et un engagement de chaque jour.
Plusieurs de mes « petits » sont désormais dans des familles, d’autres chez des éleveurs et les nouvelles que je reçois, de temps à autres, ou plus régulièrement, de la part de certains adoptants, m’apportent toujours  de la joie et du bonheur. Les savoir bien dans leurs plumes, et donc « bien dans dans leur tête »,  dans leur nouvel environnement est ma plus grande gratification.

Petite visite des installations de mes volières >>

Vous souhaitez acquérir un perroquet ?
Parlons-en… Ne faites pas comme moi, n’adoptez pas un perroquet sur un coup de cœur, sans rien savoir de la vie qu’il va partager avec vous !
Écrivez moi : suzy@passion-perroquet.fr
Parlons en : + 33 677 680 745

Témoignages des adoptants ayant choisi des perroquets de l’Elevage Passion-Perroquet

Coucou Suzy,
Un petit message pour te dire que je suis toujours aussi ravie d’avoir achetéma coco tte chez toi ! quelle joie pour moi !

Elle parle sans arrêt elle nous fais bien rire avec ses paroles , elle chante , elle danse.

Je passe mon temps à discuter avec elle du levée au coucher lolll ! Je l’aime plus que tout car elle est géniale . Merci à toi pour m’avoir fait connaître ta passion .

Chantal G

J’avais longuement hésité à prendre un perroquet chez moi. Depuis que je vis avec mon Loulou, je comprends votre amour pour les perroquets : c’est fou la place qu’il a pris dans ma vie, c’est incroyable.

Merci pour tous les conseils que vous m’avez donné pour réussir avec Loulou.

Parfois, herueusement que vous m’avez expliqué ce qu’il fallait faire, car je crois qu’il m’aurait menée par le bout du nez !

Marie D.

Quelques nouvelles de Malibu. Toujours mignon, il ne crie presque pas, sauf si je ne le sort pas dans les 30 secondes quand je rentre du travail!!! Il mange bien. Il adore les myrtilles.

Il commence à bien détruire ses jouets, en général 1 par jour,rien ne lui résiste, noisetier, bambou, sapin… il en fait des confettis.

Je lui donne 2 noix par jour quand je vais au travail est ce que c est trop?

Marion F.